Inflammation (WorkPackage N°3, WP3)

Certaines maladies inflammatoires peuvent être source de souffrance pour des millions de personnes touchées par exemple par la polyarthrite rhumatoïde qui touche plus de 200 000 patients en France, soit une prévalence de 0.3 à 0.8%.

Leurs mécanismes sont aujourd'hui mieux connus. De nouveaux traitements voient le jour grâce aux travaux menés à Lyon sur la polyarthrite rhumatoïde par Pr. Pierre Miossec, qui a découvert l’interleukine 17, interleukine  impliquée dans la destruction des articulations caractéristiques de la polyarthrite rhumatoïde. Ce rhumatologue du CHU de l'hôpital Edouard Herriot de Lyon et professeur d'immunologie à l'Université Claude-Bernard Lyon 1 exerce ses travaux de recherche avec son laboratoire d’ « Immunogénomique et inflammation". 

En observant que les maladies inflammatoires augmentaient les risques d'infections et les risques cardiovasculaires (infarctus, AVC) chez les malades, le domaine de l’inflammation s’est naturellement imposé dans le programme de recherche OPeRa.

 

Sur le plan de la recherche :

Le rôle de l’IL-17 et des cellules Th17 dans les maladies inflammatoires chroniques connus comme facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires, ont été précocement identifié et ont permis les premiers développements thérapeutiques ciblant l’IL-17 au niveau local et systémique.

Dans le programme OPeRa, l’équipe du Pr. Pierre Miossec (Workpackage 3, WP-3) étudient  les  effets de l’IL-17 sur de nouveaux gènes impliqués dans les défauts de prolifération cellulaire/apoptose et de réparation, ainsi que l'évolution vers la chronicité.

 

Sur le plan des soins :

L’analyse des échantillons sanguins stockés dans une bio-banque issus de patients avec un infarctus du myocarde aigu,  ou de patients ayant ressenti une douleur de poitrine sans infarctus (groupe « control »), va permettre d’effectuer une recherche plus approfondie du lien entre IL-17 et coagulation (interaction avec  WP4).